Comme toute discipline scientifique, l’archéologie a développé ses outils méthodologiques afin de permettre l’analyse de son champ d’étude. De la détection des sites à l’aide des techniques de prospection à vue (pédestre et aérienne) ou de la prospection géophysique (électrique, magnétique,…), à l’analyse du mobilier à l’aide des techniques les plus pointues (datation radiocarbone, radiographie…), en passant par les opérations de fouille sur le terrain, le métier d’archéologue est riche et complexe.

Fouille reconstituée

FouilleLa fouille est une étape essentielle du métier d’archéologue. Loin de l’image d’Épinal de l’archéologue dégageant un objet précieux à l’aide d’un pinceau, la fouille commence fréquemment avec l’aide des engins de terrassement, qui permettent de dégager les couches archéologiques des sédiments qui les recouvrent. Seulement ensuite peut intervenir la fouille manuelle, à la pelle et à la pioche, puis à la truelle. Les vestiges fragiles fragiles font l’objet d’une attention spéciale : dégagement à l’aide d’outils de dentiste et au pinceau.

Lire la suite

Céramologie

La céramologie est la discipline archéologique qui aborde l’étude de la vaisselle en céramique. À partir du Néolithique, elle constitue la part la plus importante du mobilier archéologique sur la plupart des sites. Son apport est essentiel. Elle permet d’aborder la vie quotidienne, à travers les pratiques culinaires ou le stockage des denrées, ainsi que les circuits commerciaux, certaines céramiques étant commercialisées à longue distance ou servant aux transports de denrées ou de produits divers (alun,…).

Lire la suite

Moulage de monnaies

Le moulage d’objets archéologiques est utilisé pour éviter la manipulation des originaux trop fragiles, pour mieux lire des objets métalliques que l’oxydation rend peu lisibles. D’un point de vue muséal, cela permet également de présenter des pièces trop fragiles pour être exposées ou d’éviter le transport des originaux pour les expositions temporaires.

Lire la suite
Share Button