La fouille est une étape essentielle du métier d’archéologue. Loin de l’image d’Épinal de l’archéologue dégageant un objet précieux à l’aide d’un pinceau, la fouille commence fréquemment avec l’aide des engins de terrassement, qui permettent de dégager les couches archéologiques des sédiments qui les recouvrent. Seulement ensuite peut intervenir la fouille manuelle, à la pelle et à la pioche, puis à la truelle. Les vestiges fragiles fragiles font l’objet d’une attention spéciale : dégagement à l’aide d’outils de dentiste et au pinceau.
Le dégagement des structures s’accompagne d’un relevé soigneux, notamment des niveaux de sédiments qui les recouvrent, afin de reconstituer la stratigraphie. Chaque élément est enregistré méticuleusement, afin de conserver sa position sur le site : la couche dont il provient (unité stratigraphique) et son emplacement dans la couche (coordonnées).

Déroulement de l’atelier

Un site est reconstitué dans un bac à sable, puis recouvert. Il est ensuite dégagé entièrement, en laissant les vestiges en place. Une fois le dégagement terminé, les vestiges sont dessinés (relevé), inventoriés, puis prélevés. Ils peuvent ensuite être lavés, mis à sécher puis étudiés et dessinés. La fouille reconstituée peut être décliné sous deux formes : fouille d’un habitat magdalénien de type Pincevent ou fouille d’un habitat romain.
Cet atelier peut être couplé avec l’atelier Céramologie.

Objectif pédagogique

L’atelier fouille reconstituée permet de sensibiliser au métier d’archéologue. Toutes les étapes sont abordées : la détection du site, la fouille, la post-fouille, la publication et la médiation. Les problématiques autour de la législation sont également abordées, pour sensibiliser aux problème de préservation des vestiges archéologiques, face au danger des fouilles sauvages.

Âge : à partir de 8 ans
Durée : 2 h minimum
Share Button