Les plus anciennes traces de feu associées à des vestiges humains datent d’environ 1,4 millions d’années, sur les sites de Koobi Fora et Chesowanja (Kenya). Le indices sont toutefois minces et restent très discutés. En l’état de nos connaissances, les plus anciennes traces de feux intentionnels ont été découvertes dans la grotte de l’Escale et dans la grotte d’Aldène, dans le sud-est de la France. Elles sont datées entre 650 000 et 600 000 ans. Un possible foyer, découvert sur le site de Gesher Benot Ya’aqov, serait daté de 790 000 ans. Mais il reste encore à confirmer.
Entre 500 000 et 450 000 ans, les foyer commencent à être aménagés, afin de délimiter l’emplacement du feu. Vers 400 000 ans, il se diffuse largement et l’on peut considérer qu’il fait désormais partie de la boîte à outils de nos ancêtres. Les techniques d’allumage du feu évoluent sans cesse : percussion et friction sont employés concurremment au cours de la préhistoire. À partir de l’âge du fer, c’est la technique de la percussion qui s’impose, avec de nouveaux outils, qui connaîtrons peu d’évolution avant l’apparition des allumettes au XIXe siècle.

Déroulement de l’atelier

Les médiateurs réalisent des démonstration d’allumage du feu en utilisant les techniques qui se sont succédées au cours du temps : allumage par friction et par percussion sur marcassite, puis briquet en fer. En conclusion de la démonstration, une poignée de paille est enflammée à l’aide d’une braise sur étoupe.
Cet atelier est adapté à l’accueil de groupes en continu.

Objectif pédagogique

Cet atelier est l’occasion de replacer le feu dans l’évolution technologique de la lignée humaine et de battre en brèche et de montrer la permanence des techniques, le briquet utilisé par les romains n’étant pas très éloigné techniquement du briquet actuel.

Âge : accessible à tout âge
Durée : 30 à 45 mn
Share Button