GravureDe 1980 à 1986, le site du Magdalénien final du Roc-la-Tour à Monthermé (Ardennes) a été fouillé sous la direction du Docteur Rozoy. 4 700 plaques et fragments de plaques de schistes, représentant un total de 400 kg y ont été découverts, transportées par les magdalénien sur parfois plus d’un kilomètre. Sur 180 exemplaires des gravures ont été identifiées, avec au total 75 images animales ou humaines et 410 signes, sans compter les traits isolés.
Cette forme d’art de sites, sur des plaques de pierre, est bien connu. Dans la Grotte d’Enlène (Ariège), plus de 800 plaquettes gravées ont été découvertes. Sur le site de plein air de Gönnersdorf, en Allemagne, plus de 400 gravures ont été identifiées, sans compter les statuettes en bois de renne, ivoir et schiste et les parures (coquillages, dents, perles de bois fossile). Mais la plupart des sites identifiés en France sont beaucoup plus pauvres et ne comportent que quelques exemplaires (Chaleux, Marsangy, Étiolles).

Déroulement de l’atelier

La gravure sur ardoise est réalisée à l’aide d’outils en silex, à partir des exemples du site du Roc-la- Tour. Elle s’accompagne d’une présentation des formes d’art mobilier du Paléolithique, depuis les plus anciennes gravures, il y a 500 000 ans, jusqu’aux gravures du Magdalénien final, en s’appuyant sur des documents pédagogiques et des reconstitutions.
Cet atelier peut être réalisé sur le site de Roc-la-Tour à Monthermé. Il peut être couplé aux autres ateliers abordant l’art préhistorique : gravure sur ardoise et fresque pariétale.

Objectif pédagogique

L’objectif est de mettre en évidence la multiplicité des formes d’art existant à la Préhistoire, bien plus diversifiées que les seules grottes ornées qui sont habituellement connues du grand public. Un accent particulier est mis sur les gravures sur schiste et particulièrement celles du Roc-la-Tour, qui forment un ensemble atypique par rapports aux sites équivalents plus au sud.

Âge : à partir de 5 ans
Durée : 1 à 2 h
Share Button