Le Centre ardennais de recherche archéologique propose depuis 2011 un service d’étude de mobilier portant sur les domaines de compétences de professionnel·le·s. Ce service porte sur plusieurs domaines d’étude et des champs chronologiques larges :

  • Instrumentum (La Tène, époque romaine)
  • Paléométallurgie (toutes périodes)
  • Macro-outillage lithique (La Tène, époque romaine)

 

Méthodologie

La méthode d’étude se base sur le principe de l’identification fonctionnelle (Pieters 2017). Chaque objet ou artéfact fait l’objet d’une identification en tant qu’individu et est replacé dans son contexte archéologique (localisation et ensemble mobilier) pour en définir l’usage :

  • Identification fonctionnelle
  • Analyse spatiale
  • Tracéologie
  • Reconstitution des chaînes opératoires de fabrication
  • Reconstitution des productions à partir des fabricats
  • Photographie
  • Dessin
  • Rédaction de rapport

 

Quelques exemples d’études réalisées par nos soins

Autun, Faubourg d’Arroux (paléométallurgie) / Oppidum de Boviolles (instrumentum, paléométallurgie, macro-outillage lithique) / Nasium, le Cul de Breuil (paléométallurgie) / Bezannes, le Champ Drillon (paléométallurgie, macro-outillage lithique) / Warcq, la Sauce (paléométallurgie, macro-outillage lithique) / Grand, la rue du Ruisseau (instrumentum, paléométallurgie) : La Cheppe, le Camp d’Attila (instrumentum, paléométallurgie).

Bibliographie

Pieters Maxence. Les outils comme traceurs des activités de transformation des métaux ? Supports de frappe, abrasifs et brunissoirs, outils d’aiguisage et outils de broyage. Thèse de doctorat sous la direction de Jean-Paul Guillaumet, Université de Bourgogne, 2013. http://www.theses.fr/2013DIJOL029

Pieters Maxence. L’outillage lithique en contexte de transformation des métaux : méthodologie et perspectives. Archéopages n°44, 2017, pp. 76-85.

Share Button